LA SÉQUESTRATION DU CARBONE

A l'heure où les changements climatiques se font de plus en plus ressentir, la forêt est mise en avant comme un allié de poids pour l'Homme, lui rendant un très grands nombre de services environnementaux et notamment le stockage de carbone. On parle souvent de "multifonctionnalité" de la forêt, mais qu'est-ce que cela signifie-t-il vraiment ?

Dans un premier temps, le bois est  principalement composé de carbone, le même que l'on retrouve dans le CO2 atmosphérique. C'est par la photosynthèse que la forêt utilise l'énergie du soleil pour capter le carbone dans son bois, ses feuilles, ses racines,... On stocke donc du carbone dans les arbres sur pied, dans les produits en bois, mais il est aussi très présent dans les sols, notamment au sein des forêts anciennes et mâtures. Ces forêts ont peu d'intérêts à être exploitées, devenant alors émettrices de carbone. Il est alors nécessaire de les protéger.

On estime que sur le territoire de la Charte, la forêt capte près de 40% de nos émissions locales de gaz à effet de serre (en tonnes équivalent carbone).

UN FILTRE POUR L'AIR ET L'EAU

La forêt joue un rôle épurateur avéré en provoquant l'abattement du transfert des polluants de l'air.

Les arbres puisent leurs nutriments et sels minéraux dans le sol et dans l’eau pour croître et exercent ainsi un effet de filtre naturel. Leur rôle est donc majeur pour protéger les captages d’eau potable. En bordure d'eau, les arbres peuvent ainsi absorber 80% des nitrates, 70% des phosphates et 70% des sédiments présents dans les eaux de ruissellement. Ces fonctions sont essentielles sur notre territoire qui vit en partie du tourisme et de son image "nature".

UNE PROTECTION CONTRE LES RISQUES NATURELS

Les forêts stabilisent les sols, et contribuent ainsi naturellement à limiter le ruissellement et l'érosion. De fait, elles protègent les populations de potentielles inondations et éboulements. Sur notre territoire, le risque d'éboulement est faible, mais les risques d'inondations existent en bordure du Célé, du Lot et de la Dordogne.

La forêt augmente par contre les risques d'incendie. Il est donc important de l'entretenir correctement, et éviter l'embroussaillement. En ce sens, le département du Lot mène un programme de reconquête des espaces embroussaillés, et est partenaire de la Charte Forestière à ce titre.

L'ACCUEIL D'ACTIVITÉS HUMAINES VARIÉES

L'Homme pratique en forêt toutes sortes d'activités, généralement d'abord liées à ses loisirs. On peut ainsi citer la chasse, la cueillette de champignons ou autres végétaux, le naturalisme, consistant à observer la faune et la flore, la promenade et la randonnée, ainsi que d'autres activités sportives de toutes sortes... Un territoire de "nature" est un territoire attractif pour de nombreux résidents, mais aussi de nombreux touristes. 

Le ressourcement en forêt est par ailleurs un véritable atout pour la santé humaine, limitant le stress et l'anxiété.

LA RECHERCHE D'UN ÉQUILIBRE SYLVO-CYNÉGÉTIQUE

L'absence de prédateurs naturels en nombre suffisant impose à l'agriculture et à la sylviculture de se protéger du grand gibier qui vit dans nos espaces naturels dont nos forêts. La chasse permet ainsi une certaine régulation de ces populations, ce qui permet le renouvellement de la forêt.

SUR LE HAUT-SÉGALA ET LE TERRITOIRE DU PARC NATURELRÉGIONAL, DES ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX IDENTIFIÉS

Une action de la Charte Forestière menée par le Conservatoire des Espaces Naturels Occitanie, est de cartographier sur le territoire les forêts dites anciennes et mâtures selon des critères spécifiques déjà travaillés au niveau régional avec l'ensemble de la filière Forêt Bois. Ce travail viendra compléter celui déjà engagé sur l'ensemble du Parc Naturel Régional des Causses du Quercy, ainsi que le projet de cartographie des enjeux environnementaux réalisé par le CEN et le CRPF, dont est issue la carte ci-dessous.

Ce projet a donné lieu à une documentation importante pour les propriétaires forestiers du secteur, pouvant alors situer leurs forêts sur une échelle non plus seulement productive en terme de bois, mais aussi en termes d'habitat pour la faune et la flore locale. Le premier volet est à retrouver sur le lien suivant, et le second à demander par email :

 Rapport sur la biodiversité de la Forêt du Haut-Ségala partie 1

UN RÉSERVOIR DE BIODIVERSITÉ

La forêt est un habitat exceptionnel dans lequel peut s'épanouir une faune et une flore spécifique à chaque territoire. Sans oublier la biodiversité ordinaire, le nôtre possède de nombreuses zones de protection, comme les zones Natura 2000, où l'exploitation forestière prend mieux en compte les espèces devant être protégées. A titre d'exemple, l’association des Vieux Arbres du Quercy a été créée pour protéger 4 habitats et 4 espèces d’intérêt communautaire sur 250 ha :

·        le Taupin violacé (Limoniscus violaceus). connu dans seulement douze sites en Europe dont trois situés dans le Lot ;

·        le Pique-prune (Osmoderma eremita), ou Barbot, sur le secteur Bio/Lacérède.

·        le Lucane Cerf-volant (Lucanus Cervus) ;

·        le Grand capricorne (Cerambyx cerdo).

 

 

Le Pôle d’Équilibre Territorial et Rural Figeac Quercy Vallée de la Dordogne bénéficie du soutien de l'Union Européenne et de la Région Occitanie pour l'élaboration et l'animation de la Charte Forestière de Territoire.