MOBILISER LA COMPENSATION CARBONE, OUTIL DE FINANCEMENT DES PROJETS FORESTIERS

La Compensation Carbone fait l’objet de nombreuses discussions au sein des institutions et des acteurs qui jouent un rôle, de près ou de loin, dans la transition énergétique et écologique. Elle est même citée comme levier de financement dans l’une des 150 propositions récemment dévoilées de la Convention Citoyenne pour le Climat. Le principe est de financer un projet dont l’activité permet d’éviter des émissions de CO2, ou de stocker du carbone. Les mécanismes qui existent aujourd’hui pour l’actionner restent difficiles d’appropriation, car loin des habitudes pour des levées de fonds, ou pour participer plus activement à l’économie locale, sociale et solidaire.

La compensation carbone existe sous deux formats :

  • D’abord, la Compensation Carbone Obligatoire, qui s’inscrit dans une convention institutionnelle à laquelle sont soumis des États (signataires du protocole de Kyoto) et des entreprises qui n’ont pas réussi à réduire de manière significative l’impact de leurs activités sur l’environnement. Ce système prend la forme d’un véritable marché où s’échangent des Unités de réduction certifiée des émissions (URCE) ou crédits carbone. Comme exemple de compensation carbone entreprise, on peut citer le CORSIA – le programme visant à la réduction des émissions de CO2 dans l’aviation internationale. Chaque compagnie aérienne aura ainsi l’obligation dès 2021 d’acheter des crédits carbone sur un marché d’échanges.
  • L’autre possibilité est de compenser ses émissions de carbone de façon volontaire. Tout le monde peut le faire, du particulier à l’entreprise, en passant par les collectivités, les universités,… Mais étant donné les impacts potentiels que peut avoir cette démarche en termes de communication (notamment le « green washing », qui consiste à communiquer sur de faux engagements en faveur de l’environnement) il faut rester vigilant sur la manière de procéder.

La première étape est donc de faire un bilan de ses émissions, et de mettre en œuvre tous les leviers pour les réduire. Ensuite vient la compensation des émissions inévitables, qui passe par un volet financier. La tonne de CO2 a un prix qui peut varier localement, mais qui reste indexé au marché international. Pour compenser ses émissions, des opérateurs de compensation carbone réalisent les calculs d’émissions et mettent en œuvre les partenariats avec les projets « carbone » à soutenir, en France ou à l’international. Un suivi dans le temps de ces projets permet de vérifier leurs impacts en termes de stockage ou d’évitement d’émissions, et ainsi la délivrance de crédits carbone certifiés pour le financeurs, sur lesquels il peut alors communiquer librement (Toute l’info à retrouver sur https://www.info-compensation-carbone.com/comprendre/).

 

Les projets de compensation carbone ont foisonné ces dernières années à l’étranger, et concernaient principalement des projets de reforestation. Parce qu’il est aussi possible de compenser ses émissions de carbone localement, une réflexion a été menée par plusieurs acteurs du Massif Central, dont le Centre National de la Propriété Forestière et avec le soutien des fonds européens, pour harmoniser les méthodes de calculs des projets carbone et finalement labelliser les compensations carbone avec une garantie de l’Etat Français. Le Label Bas Carbone est né.

 

Il permet déjà de labelliser trois types de projets forestiers :

  • Le boisement de terres agricoles ou de friches embroussaillées .
  • La reconstitution de forêts dégradées (tempête, incendie, dépérissement,...) .
  • La conversion de taillis bien venants en futaies sur souches.

Bientôt, d’autres méthodes seront labélisées, et notamment concernant l’élevage, aujourd’hui très émetteur de gaz à effets de serre, mais aussi la plantation de haies champêtres. L’utilisation de bois dans les bâtiments, ou la mise en œuvre de projets d’énergies renouvelables sont aussi des pistes de projets à labelliser Bas Carbone.

Même sans le Label, il est d’ores et déjà possible de compenser ses émissions de CO2 via ces types de projets, avec le soutien d’autres organismes reconnus par l’Etat, comme Climat Local, une Société Coopérative d’Intérêt Collectif née en Occitanie avec le soutien de la Région. Experte dans les projets de Haies Champêtres, qu’elle mène sur le Lot en partenariat avec Arbres, Haies et Paysages 46, elle fait aussi le lien avec les autres organismes reconnus sur le sujet pour compenser les émissions via d’autres projets.

L’intérêt de ces deux organismes (CNPF avec le Label Bas Carbone, et Climat Local) est qu’ils sont en mesure de cibler les compensations carbone sur des projets locaux, à la demande du financeur. C’est un nouveau moyen pour nos territoires ruraux de capter un peu plus de valeur, pour mettre en avant l’ensemble des démarches que nous effectuons en faveur de la transition écologique et énergétique.

Une réflexion plus poussée est actuellement engagée avec les Communautés de Communes du PETR, mais aussi avec la Charte Forestière du Grand Quercy, avec qui la collaboration est déjà effective et pourra se renforcer sur ce sujet. Dans un premier temps, un document synthétique vient apporter quelques éléments de réflexions de base sur le sujet. La crise actuelle n’est pas propice à aller plus loin, mais toute entreprise qui souhaiterait tout de même rendre concrète sa démarche de développement durable peut déjà nous recontacter sur le sujet, ou prendre directement contact avec les opérateurs carbone sus-cités.

 

Découvrez le document de présentation synthétique réalisé en cliquant sur le lien suivant, et pour quelques témoignages, rendez-vous sur :

· le projet de compensation de l'IAE de Paris : https://www.iae-paris.com/fr/nos-actualites-evenements/3-projets-de-liae-paris-sorbonne-labellises-bas-carbone

· le projet de Cadrieu, monté par enduro VTT après l'incendie de Cajarc (projet non labellisé pour des raisons de coûts au vu de sa faible superficie, mais qui a suivi la méthodologie de labellisation) : http://www.endurotribe.com/2019/12/enduro-series-coupe-de-france-vtt-vttae-les-inscriptions-2019-contribuent-a-ressusciter-une-foret/

· les projets réalisés avec Climat Local sur leur site : https://www.climatlocal.com/entreprises/

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Pôle d’Équilibre Territorial et Rural Figeac Quercy Vallée de la Dordogne bénéficie du soutien de l'Union Européenne et de la Région Occitanie pour l'élaboration et l'animation de la Charte Forestière de Territoire.